Est-il un serial dater? 5 signes qui ne trompent pas

Nous avons tous probablement fréquenté un serial dater ou l’avons déjà été nous-mêmes. Découvrez les signaux qui ne trompent pas!

Un serial quoi? Un serial dater est une personne qui enchaîne les rendez-vous amoureux à un rythme effréné. Elle souffre d’une dépendance forte aux relations éphémères.

Le ou la serial dater adore flirter et faire tomber en amour l’autre personne. Une fois la « chasse » terminée, son intérêt disparaît et il ou elle met fin à la relation dans les premiers stades pour passer à la prochaine.

Voici 5 signes pour reconnaître un ou une serial dater.

1. Le serial dater utilise la technique du love bombing

Alors que les grands gestes romantiques témoignent de l’affection, un serial dater les utilisera souvent et trop tôt dans une relation à d’autres fins. Surprises, cadeaux, déclarations enflammées, voyages, promesses et attentions en tout genre dès le début de la relation: alerte au bombardement d’amour.

En utilisant la technique du love bombing, son objectif principal est de vous mettre en confiance et de vous épater afin que vous tombiez amoureuse de lui rapidement.

C’est aussi un excellent moyen de vous distraire. Vous vous attardez donc moins sur qui il est et ce qu’il veut avec vous.

S’il en fait trop et tôt dans la relation, soyez prudente.

2. Le serial dater pousse vos limites physiques et recherche une intimité sexuelle précoce

Pour un serial dater, le contact physique est un moyen d’accélérer l’évolution de la relation. Il prendra toutes les chances possibles de développer une intimité sexuelle avec vous au tout début de la relation.

S’il essaie de vous convaincre même lorsque vous hésitez, il y a une chance que vous fréquentiez un serial dater.

Respectez toujours vos limites.

3. Le serial dater évite à tout prix de discuter de votre relation

Le serial dater évite à tout prix les conversations qui vous permettraient d’en savoir un peu plus sur lui ou de connaître ce qu’il veut de la relation.

À vos questions, il adore utiliser les réponses du genre : « Laissons aller les choses », « Let’s see what happens. », « On verra où ça nous mène ». 

Il travaille à maintenir la relation casual pour ne pas s’attacher à vous et passer facilement à une autre.

4. Le serial dater vous ghost ou vous donne des miettes dès que la relation devient trop sérieuse

Le serial dater ne répond plus à vos textos? Ou il vous répond une fois sur cinq comme si tout allait bien? Ce n’est pas normal et vous n’avez pas besoin d’accepter ce comportement malsain.

Il va continuer jusqu’à ce que vous soyez désespéré de le ravoir. La relation repart en quelque sorte à zéro et vous marchez sur des œufs jusqu’à la prochaine fois.

Vous savez que vous n’obtiendrez pas plus de lui. Souvenez-vous: il veut garder la relation casual.

5. Le serial dater trouve une autre relation dès que celle-ci devient difficile

Lorsque la relation actuelle devient difficile, le serial dater en trouve une autre pour s’occuper au cas où les choses se termineraient.

Il a toujours un plan b, car vous l’aurez deviné, il est incapable d’être seul. Plus facile de faire de l’évitement de soi et de trouver une autre relation que de confronter sa solitude.

Avez-vous déjà fréquenté un ou une serial dater?

C’est la saison des ruptures amoureuses selon Facebook

Deux semaines avant les vacances de Noël, c’est-à-dire en ce moment, nous entrons dans le deuxième pic majeur des ruptures amoureuses de l’année, selon les données de Facebook.

Le premier pic, surnommé le “ménage du printemps”, se produit en mars, mais le deuxième plus grand se produit environ deux semaines avant les vacances de Noël.

Mais pourquoi donc? Pour plusieurs raisons. Peut-être que ces ruptures se produisent pour éviter les réunions de famille. Peut-être que les vacances sont considérées comme un « bon » moment, car les deux personnes sont en congé, à la maison et bien entourées. Ou peut-être est-ce le moment de commencer un nouveau départ avec le Nouvel An qui approche à grands pas.

Quoi qu’il en soit, si ces données sont une indication de ce qui se passera cette année, nous verrons probablement plus de ruptures dans les prochaines semaines qu’à l’habitude.

Donc, si vous faites partie de ce groupe, sachez que vous n’êtes pas seule. Vous êtes en bonne compagnie et vous allez passer à travers des prochains mois.

La première chose est de reconnaître que la période des Fêtes sera différente si vous avez l’habitude de la passer avec un partenaire. Vous pensez peut-être : Qui me sauvera de la conversation malaisante avec Gilles? Qui vais-je embrasser à minuit la veille du Nouvel An ?

Il est normal de vous poser ces questions et de ne pas connaître les réponses. Voici quelques conseils pour vous aider à traverser cette période célibataire.

1. Concentrez-vous sur la famille et les amis

Aucune famille n’est parfaite, mais elle est toujours là pour vous, quel que soit le statut de votre relation. Prenez donc le temps de leur donner de l’amour et de l’attention, surtout aux membres de votre famille qui sont aussi célibataires.

Assoyez-vous près de vos grands-parents et posez-leur des questions sur leur vie. Parcourez de vieux albums photos avec vos cousins et revivez des souvenirs drôles. Apprenez à faire la recette de pain de votre oncle qui a changé sa vie!

Votre attention est le meilleur cadeau que vous puissiez offrir à quelqu’un en cette période de l’année. Heureusement, votre nouveau statut vous permet de donner plus d’attention à votre famille et vos amis. Profitez-en, car vous ne savez pas combien de temps votre célibat durera!

2. Concentrez-vous sur ceux qui en ont besoin

Beaucoup de gens autour de vous auront aussi de la difficulté à passer à travers les Fêtes, et pas en raison d’une rupture. Des organismes qui viennent en aide aux personnes dans le besoin apprécient toujours de l’aide supplémentaire pendant la période des Fêtes.

3. Planifiez vos vacances en solo

Si vous visitez habituellement votre famille ou partez en voyage avec votre moitié pour les vacances, vous trouverez peut-être vos plans un peu plus intimidants cette année. Au lieu de vous concentrer sur toutes les personnes qui sont couplées autour de vous à l’aéroport, occupez-vous.

Créez des listes de lecture de musique pour les longs trajets. Écoutez un podcast. Préparez des cartes de Noël. Lisez ce livre que vous avez sur votre table de chevet depuis un an, ou, encore plus réconfortant, téléchargez le livre audio et écoutez-le. Si vous vous sentez seule alors que vous vous dirigez d’un point A à un point B, appelez quelques amis et souhaitez-leur de passer de belles vacances.

Plus important encore: assurez-vous de planifier de manière proactive les jours importants, surtout si vous restez à la maison. Même s’il s’agit simplement de commander des plats à emporter avec quelques amis, il est important de ne pas vous isoler, même si vous avez envie de rester au lit jusqu’en 2022.

N’oubliez pas que vous avez l’occasion unique de passer de votre ex à des personnes que vous n’avez peut-être pas priorisées lorsque vous étiez en couple (votre famille, vos amis et vous-même). Profitez-en!

La presque relation : pourquoi la rupture est pire que celle d’une vraie

Avez-vous déjà été dans une presque relation? Lorsque vous commencez à fréquenter quelqu’un, le but est ultimement de sortir avec lui. Mais il arrive qu’après un certain temps, la relation ne passe pas au niveau suivant espéré. Pour une raison quelconque, cette séparation fait plus mal que celle d’une vraie relation. Mais pourquoi donc?

Tomber amoureuse pour… rien

Vous êtes tombée éperdument amoureuse de quelqu’un avec qui vous ne sortiez même pas encore de façon officielle. Tout semblait parfait; la vie était belle. Vous cliquiez tous les deux et tout évoluait de façon naturelle entre vous. La relation se termine. Vous réalisez finalement que vous ne sortez plus avec cette personne et que vos sentiments ne seront pas validés et réciproques. Vous devez oublier cette personne dont vous êtes maintenant amoureuse. Vous n’avez pas pu vivre cet amour. Vous ne le saurez peut-être jamais.

Bonjour le jugement

Vous sentez le jugement de votre entourage. Parce que vous n’étiez pas un couple, vous êtes jugée d’être triste après la rupture. Au fond, lorsque nous vivons la fin d’une presque relation, pouvons-nous vraiment dire que c’est une rupture?

« Vous n’étiez même pas officiellement ensemble. » Ah, ok! Est-ce que ça devrait faire moins mal? Même si vous n’avez jamais été un couple, tout ce que vous avez vécu indiquait clairement que vous partagiez votre vie ensemble. Les soirées en pyjama, les rendez-vous amoureux, les confidences, les projets, la vulnérabilité… tout ça avait du sens pour vous deux. C’était réel, et maintenant c’est comme si vous n’aviez pas le droit d’être triste, parce que ces sentiments ne vous appartiennent pas. Ils appartiennent à une vraie rupture, celle d’une vraie relation.

Bonjour le conseil

Votre entourage vous dit de vous en remettre parce qu’après tout, « vous n’étiez même pas ensemble » ou « vous ne vous connaissiez pas depuis si longtemps que ça ». La situation peut sembler si facile d’un point de vue extérieur. Ce discours revient au même que de nous dire que nous n’avons pas la permission d’être triste ou de pleurer la perte de cette personne. Vous n’avez pas été assez longtemps avec elle pour que votre entourage considère que vos émotions sont justifiées.

Vous devez vous habituer à une nouvelle normalité

Même si vous ne sortiez pas officiellement ensemble, pendant un certain temps, votre vie a tourné autour de cette personne. Vous avez aligné vos horaires pour vous voir. Et grâce à des efforts conjoints, vous avez trouvé du temps entre le travail et les amis pour vous voir, attendant avec impatience chaque minute. Pour vous, c’était votre normalité, celle dont vous aviez envie dans votre vie.

Et maintenant, vous devez commencer à vous ajuster. Vous devez vous habituer à ne pas vous réveiller avec des messages textes de cette personne tous les matins, ou vous endormir avec un « bonne nuit ». Pour vous, c’est comme si vous aviez perdu un membre de votre corps. Vous devez vous habituer à votre vie sans lui.

Sans cette personne.

Sans votre normalité d’une presque relation.

Lettre ouverte à celle qui traverse une rupture douloureuse

L’amitié féminine rime plus que jamais avec authenticité et solidarité. On se serre les coudes face à l’adversité et on n’oublie pas celle qui reste à nos côtés pendant les tempêtes.

L’amitié a été particulièrement importante pour moi dernièrement et dans la vie de mes amies. Nous connaissons tous une femme qui traverse une séparation douloureuse en ce moment, un changement bouleversant. Ça nous arrive toutes à un moment ou un autre, car aimer est au cœur de nos vies. Impossible d’empêcher le changement, c’est le cours naturel de la vie, d’évoluer. Lorsqu’on cesse d’évoluer, d’apprendre et de grandir, on est couché au cimetière. J’ai vu les femmes les plus fortes se mettre à genoux dans les situations les plus douloureuses. Ces moments de vulnérabilité incroyables peuvent nous faire réfléchir à beaucoup de choses. On affronte la merde que l’univers nous envoie, ou plutôt, on se demande :

Est-ce que j’ai couru après? Est-ce que je suis responsable de ce qui m’arrive?

On ne peut pas changer le passé. On ne peut qu’apprendre et grandir à partir de notre expérience. Vivre en se disant « si j’avais pu » ou « j’aurais donc dû » est comme rester sur la même page du même chapitre de notre livre. On a tellement de souvenirs, des choses qu’on aurait aimé pouvoir dire ou faire, ou ne pas dire et faire. C’est normal. On a peur de ce que le prochain chapitre pourrait amener.

Est-ce possible que je ressente de la tristesse même si la rupture est ma décision?

Oui, et c’est tout à fait normal. Sentir toutes ces émotions, que ce soit de la tristesse, de la solitude, des regrets ou de la colère, et probablement un mélange de beaucoup d’émotions différentes, est normal après la fin d’une relation, peu importe les circonstances. Des phrases comme :

« Je m’aime et j’accepte tout ce que je ressens.
Même si je me sens émotive à propos de cette rupture, et que j’ai vraiment du mal à ne pas y penser, je m’aime et j’accepte ce que je ressens. »

Est-ce que je vais être la même personne?

Non, et c’est une bonne chose. Nous évoluons, changeons et grandissons constamment. Ne désirez pas rester la même ; souhaitez et accueillez l’évolution. Vous pouvez être nouvelle chaque instant de chaque jour. C’est votre décision.

Suis-je brisée?

Absolument pas. Lorsque nous vivons une rupture, il arrive que nous ayons la croyance que nous sommes brisées. Il peut s’agir d’un sentiment général de ne pas être assez bonne ou assez digne ou que nous sommes en quelque sorte endommagé par quelque chose ou quelqu’un de notre passé. Reconnaître ce que nous ressentons autour de cette croyance et dire la vérité sur notre expérience actuelle est l’une des choses les plus puissantes que nous pouvons faire.

Dites à voix haute : « Une partie de moi se sent brisée. » Laissez de l’espace à ce que vous ressentez en ce moment. Puis, continuez en disant :

« Même si une partie de moi pense que je suis brisée,
Je m’aime et j’accepte ce que je ressens.
Même si je me sens brisée à certains égards, c’est juste la vérité, comme quelque chose que je ne peux pas changer.
Je m’aime et je m’accepte profondément et complètement.
Même si une partie de moi pense que je suis brisée et que je ne sais pas si ça va changer,
Je m’aime et j’accepte ce que je ressens. »

Il est normal que vous pensiez ne pas pouvoir vous libérer de cette croyance, même si vous aimeriez mieux ne pas vous sentir comme ça. Vous êtes en sécurité de ressentir ces émotions, cette tristesse et ces souvenirs.

Et si cette croyance n’était pas vraie? Que feriez-vous si vous n’étiez pas brisée? Je sais que c’est effrayant d’y penser. Cette croyance est peut-être ce qui vous retient. Toutes les fois où vous vous êtes dit que vous étiez brisée. Et vous ne l’êtes pas? Qu’arriverait-il si vous ne laissiez pas cette croyance vous contrôler? Imaginez toutes les choses que vous pourriez faire. Peut-être que toutes les parties de vous qui se sentent brisées peuvent guérir.

Lâchez prise et libérez cette croyance. Il est temps de l’abandonner et de la remplacer par une nouvelle pensée. Libérez la croyance que vous êtes brisée. Il est sécuritaire de vous sentir assez, entière et complète. Il est sécuritaire de mettre votre passé derrière vous. Vous n’avez pas à vous cacher derrière cette croyance. Vous pouvez vous accepter et vous sentir complète maintenant. Votre cerveau sait comment penser de nouvelles pensées. Il est maintenant temps de ressentir un nouveau sentiment. Imaginez-vous entière, en santé, guérie. Sentez cette sensation dans votre corps. Connectez-vous à ce sentiment d’être complète et lâchez prise. Ressentez cette acceptation de soi :
« Je suis assez. »
Ressentez ce sentiment : « Je suis assez. »

Qu’est-ce que les gens vont penser de moi?

On s’en fou. La question à vous poser est plutôt : que penses-tu de toi-même? Es-tu en train de te juger? Est-ce que tu te juges de ton état civil? Ressens-tu de la honte que ta relation n’ait pas fonctionné? La douleur sème le doute dans notre esprit. Si vous vivez une vie en laquelle vous croyez et faites de votre mieux chaque jour, vous constaterez que même la tempête de merde a un but incroyablement utile sur votre chemin. Est-ce que ça rend la douleur agréable? Oh, non! La douleur reste une douleur, peu importe si vous lui mettez un joli rouge à lèvres. Pour vivre une relation amoureuse saine, qui nous élève, des décisions audacieuses sont nécessaires. Des déclarations si fortes qu’elles ne peuvent pas être balayées sous le tapis. Les opinions des autres suivront. Les commentaires encourageants, conflictuels et agressifs pleuvront comme de la grêle.

Peu importe à quel point l’opinion de quelqu’un est pure ou empoisonnée, on s’en fou, car c’est votre vie. Personne d’autre que vous ne peut comprendre ce qui se passe derrière les portes fermées ou dans votre cœur. Vos choix n’ont pas besoin d’explication. Choisissez ce qui fait battre votre cœur de joie. Suivez le chemin qui n’est peut-être pas bien tracé, mais qui mène à vos rêves les plus fous.

Est-ce sécuritaire de lâcher prise?

Même si c’est difficile de lâcher prise, vous êtes en sécurité de le faire. Un bon point de départ est de vous demander : « Lorsque je pense à la relation, à quel point est-ce difficile de lâcher prise sur les émotions et les souvenirs? »

Il se peut très bien que vous ne soyez pas certaine d’être prête à lâcher prise. C’est normal. On est triste, confuse, en colère… on continue de penser à tout ce qui s’est passé. On a mal d’admettre que c’est vraiment fini. On ressent ces émotions douloureuses dans notre corps. Mais vous pouvez lâcher prise sur une partie, juste un petit peu, et vous sentir en sécurité de le faire.

Vous n’avez pas besoin de vous accrocher aux événements de cette rupture. Vous pouvez libérer vos émotions douloureuses, et la douleur. Vous pouvez lâcher prise. Une partie de vous peut commencer à lâcher prise en toute sécurité. Vous pouvez aller de l’avant et créer un meilleur avenir.

Dans cet ouragan de confusion, sachez que vous êtes en sécurité. Ce que vous vivez a une raison d’être, alors continuez de vous frayer un chemin. Vous avez tout ce dont vous avez besoin en vous pour y arriver et rappelez-vous que rien n’est permanent dans la vie. Cette tempête trouble se dissipera et vous brillerez d’autant plus. D’une femme à l’autre, restez forte.

Comprendre les 5 langages de l’amour

Connaissez-vous les langages de l’amour? Elles ont été développées par le Dr Gary Chapman du livre à succès international « Les 5 langages de l’amour ». Comprendre ce qui nous motive dans une relation peut nous aider à déterminer nos besoins et nos façons de manifester notre amour.

La langue de l’amour est une forme de communication. Elle correspond à la façon dont nous exprimons notre amour à une personne. Dans un couple, il est rare que deux personnes expriment leur amour de la même manière. C’est pourquoi il existe cinq langages.

Quelle est votre langage d’amour?

Pour découvrir votre langage d’amour, lisez la description des cinq langues ci-dessous et ensuite, répondez au quiz sur le site Web du Dr Gary Chapman.

Les langages d’amour servent à apprendre à exprimer son amour dans la langue que l’autre personne comprend et à comprendre quand l’autre vous dit « je t’aime » à sa façon.

Voici la description des 5 langages de l’amour du Dr Gary Chapman :

Langage d’amour N°1 : Les paroles valorisantes

Les compliments comptent beaucoup pour cette personne. Entendre les mots « je t’aime » est important ; entendre les raisons derrière cet amour la propulse au 7e ciel. Les insultes peuvent lui faire très mal et ne sont pas facilement oubliées. Elle s’épanouie en entendant des mots gentils et encourageants qui l’édifient.

Langage d’amour N°2 : Les services rendus

L’aide aux devoirs peut-elle vraiment être un geste d’amour? Absolument! Tout ce que vous faites pour alléger le fardeau des responsabilités qui pèsent sur cette personne comptera beaucoup. Elle pourrait sentir que ses sentiments n’ont pas d’importance si on ne respecte pas ses engagements, si on lui donne plus de travail et si on est paresseux. Lorsqu’on lui rend service par amour (et non par obligation), elle se sent vraiment valorisée et aimée.

Langage d’amour N°3 : Les cadeaux

Ne confondez pas ce langage d’amour avec le matérialisme; la personne qui reçoit les cadeaux se nourrit de l’amour, de l’attention et de l’effort derrière l’achat. Le cadeau lui montre qu’on prend soin d’elle et qu’elle compte plus que tout ce qui a été sacrifié pour lui offrir.

Langage d’amour N°4 : Les moments de qualité

Rien n’équivaut aux mots « je t’aime » comme avoir l’attention totale de l’autre personne. Être 100% présent pour elle est essentielle. Être vraiment là, c’est-à-dire le téléviseur éteint, la fourchette et le couteau baissés, les téléphones et les tâches en veille, fait en sorte qu’elle se sente vraiment spéciale et aimée. Les distractions, les engagements reportés ou le manque d’écoute peuvent être particulièrement blessantes pour elle.

Langage d’amour N°5 : Le toucher physique

Cette personne est très délicate. Les câlins, les tapotements sur le dos et les gestes sur le bras peuvent tous être des moyens de montrer l’excitation, l’appréciation et l’amour. La présence physique et l’accessibilité sont essentielles, tandis que la négligence ou les abus peuvent être impardonnables et destructeurs.

Ainsi, lorsque votre proche dit « je ne me sens pas aimé », écoutez ce qu’il demande le plus souvent, ou ce dont il se plaint quand il y a tension dans l’air. Les gens vous disent comment ils veulent être aimés. Par exemple, « vous ne passez jamais de temps avec moi » est un désir de temps de qualité. Ou, « voudrais-tu me frotter les épaules » est une demande de contact physique. Si vous remarquez un pattern, posez-leur des questions sur ce que vous pouvez faire pour qu’ils se sentent aimés.

Pour découvrir votre langage d’amour, répondez au quiz sur le site Web du Dr Gary Chapman.

Quel est votre langage d’amour? Êtes-vous étonnée de votre résultat? Ou vous aviez deviné votre langue?

On ne s’est pas rencontrés à l’épicerie

Il était un client. Notre connexion était intuitive. Histoire secrète d’une relation amicale, amoureuse, addictive et passionnelle.

Une forte attraction existait entre nous, au-delà de l’attirance physique, même si notre complicité et notre attirance sexuelle étaient impossibles à nier. J’étais, pour lui, un genre d’idéal. Il était facile de me rapprocher de lui. Je sentais que je devais m’en rapprocher. Envisager de rester à l’écart m’était impossible.

J’avais l’impression de le connaître et de pouvoir lui faire confiance. Pendant longtemps, il ne comprenait pas pourquoi, mais je ressentais que j’étais la personne avec qui il avait toujours voulu être – comme un rêve ou un cadeau dont il ne pouvait croire l’existence qui était entré dans sa vie. Je provoquais en lui un désir ; il était captivé, complètement fasciné. Il ne pouvait s’empêcher de vouloir explorer les possibilités.

Était-il un ancien amant ou un ami d’une autre vie? Il m’était familier.

Je sentais que je pouvais compléter ses phrases, et qu’il pouvait terminer les miennes. La communication entre nous était fluide et naturelle. Je le comprenais sans parler, et idem pour lui. Nos milliers de conversations pouvaient durer des heures, et même si nous n’étions pas toujours du même avis, nous ne nous en lassions jamais. Notre proximité, cette facilité confortable, me faisait sentir écoutée et comprise.

Lorsque la fréquence de nos échanges a commencé à augmenter, je n’arrivais pas à cerner ses intentions. Était-ce de l’amitié? Ou ressentait-il aussi ce que je ressentais? Au fond, je connaissais ses intentions.

Et puis, j’ai commencé à remarquer sa tête. En ma présence, quelque chose en lui s’illuminait et me faisait sentir validée. Je pouvais la lire dans ses yeux, cette lueur d’espoir. Je comprenais la personne qu’il était, et celle qu’il essayait de devenir. Impossible pour lui de l’expliquer logiquement. Il se sentait ensorcelé par moi refusant d’admettre que chacune de nos vies en seraient changées. Je voyais en lui les attributs qu’il voulait développer, et je voulais l’aider à les reconnaître. Il venait de trouver une collaboratrice naturelle en moi, une alliée inestimable, qui l’encourageait à faire ce qu’il devait accomplir sur cette terre.

Il y avait une raison pour laquelle nous nous étions rencontrés. Nous partagions l’un des types de connexion les plus intimes que deux personnes pouvaient avoir.

Je pouvais reconnaître mon importance à ses yeux, et ses effets sur ma confiance en moi. Sa façon de me désirer me réconfortait. Incroyable qu’il se sente bien et vivant simplement en étant moi-même. À ses yeux, j’étais provocatrice et excitante. Il vivait de fortes sensations avec moi sans les laisser devenir trop extrêmes. Parfois, il se sentait dépassé, mêlé dans son conflit intérieur. Réprimait-il ce qu’il ressentait?

Il respectait et appréciait ma personnalité, mes qualités. Il m’encourageait à être l’Être la plus authentique qui soit et me soutenait des façons les plus saines. J’étais ouverte à ses perceptions car je savais qu’il comprenait d’où je venais et qui j’étais. Il anticipait mes angles morts et pouvait me conseiller sans que je me sente critiquée.

Je suis arrivée dans sa vie alors qu’il était pris dans une routine, bloqué sur son chemin. J’aime penser que je le propulserai vers son destin et qu’ensemble, nous serions les meilleures versions de nous-mêmes et nous aurions le sentiment de pouvoir accomplir les choses dont nous rêvons depuis toujours. Mon être le pousserait à évoluer, à accueillir sa destinée et ses plus grands cadeaux.

Il ne lira probablement pas ce texte, car il fait plus de cinq lignes haha! Il aurait aimé que je raconte l’histoire de notre rencontre autour d’une carambole à l’épicerie. La proposition a été rejetée même si j’aime le fruit.