Comprendre les 5 langages de l’amour

Connaissez-vous les langages de l’amour? Elles ont été développées par le Dr Gary Chapman du livre à succès international « Les 5 langages de l’amour ». Comprendre ce qui nous motive dans une relation peut nous aider à déterminer nos besoins et nos façons de manifester notre amour.

La langue de l’amour est une forme de communication. Elle correspond à la façon dont nous exprimons notre amour à une personne. Dans un couple, il est rare que deux personnes expriment leur amour de la même manière. C’est pourquoi il existe cinq langages.

Quelle est votre langage d’amour?

Pour découvrir votre langage d’amour, lisez la description des cinq langues ci-dessous et ensuite, répondez au quiz sur le site Web du Dr Gary Chapman.

Les langages d’amour servent à apprendre à exprimer son amour dans la langue que l’autre personne comprend et à comprendre quand l’autre vous dit « je t’aime » à sa façon.

Voici la description des 5 langages de l’amour du Dr Gary Chapman :

Langage d’amour N°1 : Les paroles valorisantes

Les compliments comptent beaucoup pour cette personne. Entendre les mots « je t’aime » est important ; entendre les raisons derrière cet amour la propulse au 7e ciel. Les insultes peuvent lui faire très mal et ne sont pas facilement oubliées. Elle s’épanouie en entendant des mots gentils et encourageants qui l’édifient.

Langage d’amour N°2 : Les services rendus

L’aide aux devoirs peut-elle vraiment être un geste d’amour? Absolument! Tout ce que vous faites pour alléger le fardeau des responsabilités qui pèsent sur cette personne comptera beaucoup. Elle pourrait sentir que ses sentiments n’ont pas d’importance si on ne respecte pas ses engagements, si on lui donne plus de travail et si on est paresseux. Lorsqu’on lui rend service par amour (et non par obligation), elle se sent vraiment valorisée et aimée.

Langage d’amour N°3 : Les cadeaux

Ne confondez pas ce langage d’amour avec le matérialisme; la personne qui reçoit les cadeaux se nourrit de l’amour, de l’attention et de l’effort derrière l’achat. Le cadeau lui montre qu’on prend soin d’elle et qu’elle compte plus que tout ce qui a été sacrifié pour lui offrir.

Langage d’amour N°4 : Les moments de qualité

Rien n’équivaut aux mots « je t’aime » comme avoir l’attention totale de l’autre personne. Être 100% présent pour elle est essentielle. Être vraiment là, c’est-à-dire le téléviseur éteint, la fourchette et le couteau baissés, les téléphones et les tâches en veille, fait en sorte qu’elle se sente vraiment spéciale et aimée. Les distractions, les engagements reportés ou le manque d’écoute peuvent être particulièrement blessantes pour elle.

Langage d’amour N°5 : Le toucher physique

Cette personne est très délicate. Les câlins, les tapotements sur le dos et les gestes sur le bras peuvent tous être des moyens de montrer l’excitation, l’appréciation et l’amour. La présence physique et l’accessibilité sont essentielles, tandis que la négligence ou les abus peuvent être impardonnables et destructeurs.

Ainsi, lorsque votre proche dit « je ne me sens pas aimé », écoutez ce qu’il demande le plus souvent, ou ce dont il se plaint quand il y a tension dans l’air. Les gens vous disent comment ils veulent être aimés. Par exemple, « vous ne passez jamais de temps avec moi » est un désir de temps de qualité. Ou, « voudrais-tu me frotter les épaules » est une demande de contact physique. Si vous remarquez un pattern, posez-leur des questions sur ce que vous pouvez faire pour qu’ils se sentent aimés.

Pour découvrir votre langage d’amour, répondez au quiz sur le site Web du Dr Gary Chapman.

Quel est votre langage d’amour? Êtes-vous étonnée de votre résultat? Ou vous aviez deviné votre langue?

Les 3 caractéristiques du véritable amour

Au fil des ans, une relation amoureuse passera par de nombreuses phases et de nombreuses émotions seront impliquées dans le développement de ladite relation. Plusieurs chercheurs en psychologie ont tenté d’analyser l’amour. Zoom sur l’une des approches les plus convaincantes : la théorie triangulaire de l’amour.

Développée tout au long des années 1980 et 1990 par le psychologue et professeur de l’université de Yale Robert Sternberg, Ph.D., la théorie triangulaire de l’amour identifie trois caractéristiques principales à l’amour: l’intimité, la passion et l’engagement. Chacune des trois englobe différentes émotions, les trois aboutissant à ce que Sternberg appelle « l’amour complet ou consommé ».

Son article original sur la théorie analyse les travaux de Freud et d’autres psychologues bien connus pour proposer sa propre théorie.

Sa théorie vient d’être prouvée de façon universelle grâce à des recherches sur plus de 7 300 personnes de 25 pays.

Les 3 caractéristiques de la théorie :

  1. Intimité

Dans la théorie triangulaire de l’amour de Sternberg, l’intimité dans une relation concerne la proximité, la connexion et la confiance que l’on ressent envers l’autre. L’intimité englobe également la communication, et notamment de la façon dont vous communiquez. Dans l’ensemble, il s’agit de sentiments de proximité et de connexion, ou « à quel point on se sent intime et lié à l’autre personne ».

2. Passion

La passion, comme vous l’avez peut-être deviné, concerne le niveau de passion présent dans la relation. Elle englobe « à quel point on est excité de penser ou d’être avec l’autre », ou « à quel point on sent que l’on a absolument besoin du partenaire ». Et bien sûr, la passion englobe également l’attirance sexuelle. Lorsque nous avons une relation électrisante qui peut même devenir une obsession, on parle également de passion.

3. Engagement

Le troisième élément de la théorie triangulaire de l’amour est l’engagement, ou « à quel point on est dans la relation pour de bon », comme l’explique Sternberg. Et c’est le seul des trois qui soit conscient ou intentionnel. Il y a une composante de décision à court terme, qui conduit à un engagement à long terme. Sternberg le décrit comme « le niveau auquel on dit : ça y est ; je n’ai plus besoin de chercher!». C’est le choix conscient de poursuivre le partenariat.

Comment les types d’amour se croisent

Fait intéressant et important : les trois caractéristiques peuvent et interagissent de différentes manières, conduisant à différents types d’amour.

Selon une thérapeute, « une relation sans intimité et sans passion n’ayant qu’un engagement est un amour vide. Ces relations peuvent survivre; cependant, les partenaires peuvent ressembler davantage à des colocataires qu’à des amants. »

Voici les huit combinaisons d’amour, selon Sternberg:

  1. Aucun des trois = non-amour
  2. Intimité = amitié
  3. Passion = amour passionné
  4. Engagement = amour vide
  5. Intimité + passion = amour romantique
  6. Intimité + engagement = amour compagnon (couple compagnon)
  7. Passion + engagement = amour insensé
  8. Intimité + passion + engagement = amour complet ou consommé

Comment savoir quel type d’amour vous avez

Chaque relation aura son propre équilibre des trois éléments. Selon Sternberg, « différentes relations mettent en évidence différents aspects. Si vous sentez que l’amitié domine, l’intimité domine peut-être dans votre relation. Si vous sentez que le sexe domine, vous pouvez éprouver un amour fou, et ainsi de suite. »

Pour déterminer laquelle des huit combinaisons vous avez, considérez les trois caractéristiques et dans quelle mesure elles sont présentes dans votre relation.

Quel est le niveau d’intimité, de passion et d’engagement dans votre relation?

En résumé

Il existe d’innombrables théories sur ce qui constitue l’amour, et vous seul pouvez vraiment comprendre vos propres sentiments et vos relations. La théorie triangulaire de l’amour de Sternberg, qui a maintenant été largement prouvée, est un excellent outil si vous cherchez à comprendre les émotions derrière votre relation et même comprendre où elle ne fonctionne pas. Vous pouvez essayer de renforcer les trois caractéristiques, ou constatez que c’est impossible.

Premier rendez-vous : 4 choses à ne pas faire

Vous vous demandez quoi éviter pendant le premier rendez-vous ? Voici les choses à éviter à tout prix si vous souhaitez augmenter vos chances d’obtenir un deuxième rendez-vous.

Les premières dates peuvent être éprouvantes pour les nerfs. Il est normal de vous sentir nerveuse à l’idée de rencontrer une nouvelle personne, surtout si vous pensez que cette personne pourrait devenir importante dans votre vie. Le stress peut entraîner des choses que nous ne ferions pas en temps ordinaire. Heureusement, je suis là pour vous aider !

Voici quatre choses à ne pas faire lors de votre première conversation.

  1. Parler trop et ne pas lui laisser la chance de placer un mot !

Ceci est un rappel amical que vous ne devez pas trop parler lors du premier rendez-vous. Essayez plutôt d’écouter, de lui laisser de la place pour qu’il s’exprime. Quand vous parlez sans arrêt, vous n’apprenez pas à connaître l’autre personne.

2. Dévoiler tout de vos anciennes relations !

Ce n’est pas un secret ! Les conversations sur les ex lors du premier rendez-vous sont interdites. Imaginez même que vous avez signé un « Accord de non-divulgation ». Si votre compagnon vous pose la fameuse question, souvenez-vous de la règle des 10 secondes.

Si vous parlez de votre relation passée pendant plus de 10 secondes, vous êtes toujours émotionnellement attachée.

Si vous en parlez pendant moins de 10 secondes, vous évitez le sujet ; vous êtes donc toujours attachée émotionnellement.

La clé ? Être brève et honnête sur vos relations passées. L’objectif de ce premier rendez-vous est de passer un moment agréable tout en apprenant à connaître une nouvelle personne.

3. Discuter du futur de la relation.

Si vous souhaitez obtenir un deuxième rendez-vous, ne soyez pas insistante par rapport au futur de la relation. Les conversations sérieuses peuvent être épuisantes pour n’importe qui. Oubliez les plans futurs de la relation avant même de le connaître. Restez dans la légèreté lors de ce premier rendez-vous et vous pourrez ensuite entrer dans des conversations plus profondes.

4. Le méprendre pour votre thérapeute.

Votre premier rendez-vous n’est pas une séance de thérapie gratuite. Votre premier rendez-vous n’est pas une séance de thérapie gratuite. Vous me suivez ?

Assurez-vous de ne pas partager trop de choses avec cette personne. Ne voyez pas non plus cette occasion pour chialer sur tout ce qui vous embête dans votre vie actuelle. Votre date n’a pas à absorber les traumatismes ou les insécurités d’une étrangère. Gardez votre séance de lamentations pour vos amis proches avant ou après la date.

Ne forcez rien ! Si cette relation doit fonctionner, la conversation se déroulera de façon naturelle. La personne à vos côtés aura la chance extraordinaire de tomber amoureuse de vous.

M. Le Rockeur et moi : sans censure, sans game

Depuis ma rencontre avec M. Le Rockeur, je lui écrivais moins qu’avant. Je filtrais un peu mes mots. Il était plus qu’un ami et un confident; il était devenu le gars que je fréquentais.

La plupart du temps, M. Le Rockeur partait en moto le week-end. Je me demandais toujours si un jour il allait m’inviter à en faire avec lui. Et puis, un dimanche soir, il m’a demandé si j’aimerais en faire avec lui. J’avais le cœur qui battait à 100 mille à l’heure en lisant son message.

Lui : T’en ferais avec moi de la moto? T’aurais à me tenir très très fort pis avoir un super manteau de cuir hyper looké.

Moi : J’aimerais oui!

J’avais le sourire aux lèvres. Il me faisait rêver.

Le lendemain soir, j’ai eu envie de lui envoyer mon interprétation de la chanson Your Song d’Ellie Goulding. Je ne pouvais pas croire que je venais de lui envoyer ça. Je lui exposais toutes mes émotions, sans aucune censure.

À la suite de son écoute, il m’a écrit ceci:

Lui : J’ai reçu ta prestation de piano/voix pis tu m’as donné un petit frisson vraiment cool…

Je ne pouvais pas croire que je lui avais donné un frisson! Mission accomplie.

Lui : J’aimerais qu’on joue ensemble dans mon mancave. Parce que je te trouverais vraiment fuckin hot.

Vous vous souvenez, dans son appartement, il avait un studio!

Moi : Tu me donnes chaud quand tu me dis des trucs de même.

Lui : Ah oui? Pis je le pense vraiment en plus. Imagine.

Moi : Tu t’arranges pour que je ne te résiste pas du tout.

Lui : J’suis de même. Je m’arrange pas mal tout le temps pour avoir et dire ce que je veux. Assez to the point. T’as pas remarqué?

Moi : Un peu oui! Et c’est quoi que tu veux? Si t’es pour l’avoir, j’aime mieux le savoir.

Lui : Hum… ça s’explique mal vite de même. Pis c’est ben trop facile pour toi de juste me demander ça de même! Par contre, je peux te dire que right fuckin now, j’aimerais que tu sois next to me.

Nul besoin de vous spécifier à quel point j’avais encore plus chaud. Je souriais jusqu’aux oreilles.

Lui : T’es pas game de me dire ce que toi tu sais.

Moi : Que j’aimerais aussi.

Lui : Easy! Tu peux faire mieux.

Moi : Je peux, mais c’est peut-être trop intense pour toi.

Lui : Test drive. On va voir.

Moi : Tu me donnes des papillons. Et ça m’énerve.

Voilà. Je lui ai dit. En plus de m’être complètement dévoilée avec une chanson d’amour, je venais de lui dire qu’il me donnait des papillons. Je n’avais clairement rien compris à la technique de « cultiver le mystère ». Je fonçais et je me foutais des conséquences.

Lui : Ça t’énerve? Donc, c’est trop intense pour toi… ou?

Moi : Ça m’énerve parce que c’est scary, that’s all.

Lui : Scary.

C’était ça, sa réaction? J’étais un peu déçue. Peut-être que je m’attendais à ce qu’il ressente la même chose.

Moi : Bon. Je n’aurais pas dû dire ça.

Lui : Oh non. Interdiction formelle de se censurer. Pour aujourd’hui et forever. 100% toi. 100% moi. That’s it.

Je le trouvais tellement cute de dire ça. Même s’il ne m’avait pas dit qu’il ressentait aussi des papillons, je me sentais rassurée. Je savais que je pouvais dire tout ce que je voulais et que ce serait correct.

Lui : Let’s keep it plain simple. Je te trouve fuckin hot. Je te dis que t’es fuckin hot. Tu trouves que je te donne des papillons pis c’est scary. Tu me dis que je te donne des paps pis c’est scary. Faut pas trop penser à ce que l’autre pense. Never ever. C’est tellement cool de même.

Moi : Mais je n’ai pas envie que tu me trouves juste fuckin hot comme tu dis. Ce n’est pas trop mon genre de truc.

Lui: T’as pas envie que je veule juste baiser avec toi donc.

Moi : Pas trop non.

Lui : Si je voulais juste baiser avec toi, je n’aurais pas entretenu une correspondance avec toi pendant deux mois… Mais c’est bon que tu le dises.

Moi : Je sais, mais j’aime mieux te le dire.

Lui : C’est perfect de même! On se la joue all-in. On dit ce qu’on pense. Ce qu’on veut ou pas pis bingo. Parce que pour vrai tsé, je pense pas mal de fois à toi dans une journée.

Moi : C’est bien ça.

Je sautais partout! J’étais trop contente de savoir ça, car moi aussi, je pensais beaucoup à lui.

Lui : Alors quand est-ce que tu as du temps pour qu’on ne se voit pas pour baiser, mais pour se trouver fuckin hot pareil pis faire un truc ensemble cette semaine?

Il me faisait rigoler. Je lui ai répondu que j’étais libre pas mal toute la semaine. Il était impatient de me voir. Il a choisi de me voir le lendemain soir, chez lui…

Lui: Tu viens chez moi. On chill vraiment cool. Et si tu veux, je passe ma main dans tes cheveux pis je te dis que je suis full content que tu sois chez moi.