Récits perso

La charmante lettre de mon voisin Maxime

Je revenais de faire des courses. Une nouvelle enveloppe dépassait de ma boîte aux lettres. J’ignore encore pourquoi, mais j’ai senti l’impulsion de regarder au fond de ma boîte pour voir s’il n’y avait pas autre chose. C’est là que j’ai trouvé une note écrite à la main, recto verso, avec des cœurs et un numéro de téléphone.

J’avais une petite idée du contenu. J’ai souri. Une fois entrée dans mon appartement, j’ai lu la note manuscrite :

Salut !!

Je suis un nouveau voisin dans le quartier et je tenais à te dire que je te trouve vraiment magnifique.

Maxime (numéro de téléphone)

Je ne sais pas si tu es disponible, mais je tente ma chance.

Bisous

Xxx

Maxime

P.S. J’en suis gêné, mais qui ne risque rien, n’a rien…

J’étais flattée qu’une personne prenne le temps de m’écrire un mot comme ça. La journaliste en moi trouvais étrange qu’il sache où je demeurais. Je n’avais aucune idée de quel voisin il s’agissait. J’ai même pensé qu’un de mes amis me faisait une blague. Je savais que plusieurs personnes avaient emménagé sur ma rue dans les dernières semaines. Je les avais d’ailleurs pas mal toutes vues. La plupart des beaux gars étaient en couple. Je me suis dit qu’il ne devait pas être mon genre, sinon je l’aurais assurément remarqué.

J’ai pris deux semaines avant de me décider à lui écrire. Chaque homme que je croisais sur ma rue pendant ces semaines pouvait potentiellement être ce fameux « Maxime ». La curiosité a monté en moi. J’ai finalement décidé de texter le mystérieux voisin.

Moi : Salut! J’ai trouvé ton message dans ma boîte aux lettres

Maxime :

Allô

Je suis un peu gêné

As-tu une idée qui je peux être?

Moi : Non (rires).

Maxime :

Je suis en face de chez toi, mais en ce moment je travaille à l’extérieur de la ville. Je reste au (numéro de porte).

J’ai été vraiment gêné de te laisser ce petit message dans ta boîte aux lettres.

Moi : Ok! Pour te reconnaître, ça m’aiderait plus une photo que ton adresse.

Maxime : Je ne sais pas si tu m’as vu. Me reconnais-tu?

Il m’a envoyé deux selfies. Pas de mon goût, malheureusement.

Moi : Je ne t’ai jamais vu, je pense. Je ne sais pas (rires).

Maxime : Ohh ok. Ce n’est pas grave.

Moi : Merci pour ton mot entk! Très cute.

Il m’a envoyé une autre photo de lui. Il a clairement mal compris mon message. Je ne disais pas que je le trouvais cute, je disais que son message l’était.

Maxime :

Merci

Tu es très jolie aussi de ce que j’ai vu.

Je reviens à Montréal dans une semaine.

Si tu veux on pourrait se voir?

Moi : Pourquoi pas!

Maxime : Super, avec plaisir!

La vérité, c’est qu’après avoir vu ses photos, il ne m’intéressait pas. Je me sentais obligée de le voir, puisque je veux entretenir de bons rapports avec mes voisins. Mais je n’avais pas envie de le dater. Au pire, ça allait devenir un ami, non?

Une semaine plus tard, j’ai reçu un texto de lui.

Maxime : Bonsoir! Comment vas-tu?

Moi : Salut! Je vais bien, et toi?

Maxime :

Super bien merci.

Je suis revenu à la maison! Tu as passé une belle longue fin de semaine?

Je ne connais pas ton prénom encore, si tu veux me le communiquer, j’aimerais aussi avoir une photo de toi pour bien mettre un nom et une image.

Si ça ne te dérange pas bien entendu.

Moi : Mon prénom est Stéphanie! Moins à l’aise de t’envoyer une photo je te dirais.

Maxime :

D’accord merci pour ton prénom au moins.

La photo était seulement comme tu m’as demandé de t’en envoyer une afin de mettre un visage sur la personne, mais je respecte ton choix.

Moi : Je comprends

Maxime : Pas de soucis!

Lui envoyer une photo? Qu’allait-il faire avec? Ouf, non merci.

Deux jours plus tard, il m’a relancé au même moment où je venais à peine de mettre les pieds chez moi. J’ai trouvé son timing bizarre. J’ai senti qu’il m’avait vu entrer chez moi. Je n’ai pas du tout aimé ça.

Maxime : Salut, tu passes une belle journée?

J’avais une grosse journée et communiquer avec lui ne faisait pas partie de mes priorités. Je m’apprêtais à sortir de chez moi à nouveau lorsque je l’ai vu sortir de chez lui. Il se dirigeait vers le dépanneur du coin. Il avait la tête baissée. J’ai attendu qu’il tourne le coin de la rue avant de sortir. Le voir en vrai m’a encore plus confirmé que je n’étais pas intéressée.

Je lui ai répondu le lendemain matin, par politesse. Je n’aime pas me faire ghoster alors je ne voulais pas lui faire.

Moi : Salut! Oui juste rocambolesque.

Maxime : Quelles genres de péripéties?

J’ai décidé de ne pas lui répondre. Il m’a relancé cinq jours plus tard à 11 h du soir. Je n’ai pas du tout apprécié ses messages.

Maxime : J’espère que tu vas bien… je n’ai pas grand nouvelle. J’imagine que tu n’es pas plus intéressée que ça au fait de se rencontrer? Étant donné le flux de conversation en texto. Je n’ose pas t’écrire davantage et encore plus gêné de t’appeler… bref je te laisse tranquille car je ne suis pas du genre accaparant. Je te laisse le soin de me faire part si ton désir est qu’on se rencontre…

Et puis, bam! Il m’a envoyé quatre selfies de lui avec sa chemise déboutonnée en entier, son chest bien exposé. Sur une de ses photos, il tirait même sa langue. Je ne me sentais pas bien. Ses photos avaient une énergie très sexuelle. Je n’aimais pas sa façon d’insister. J’ai décidé d’être le plus clair que je le pouvais avec lui tout en restant polie.

Moi : Salut! Je préfère en rester là. Bonne journée!

J’espère vraiment ne pas le croiser dans les prochains jours. C’est peut-être moi qui aie trop regardé la série Parfaite (v.f. You) sur Netflix. Mais notre intuition ne ment jamais.

Une chose est certaine, on est loin du film Lettres à Juliette (v.f. Letters to Juliet).

Avez-vous déjà vécu une situation similaire? Comment ça s’est passé?

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :