8 étapes pour pratiquer le sexe spirituel

Le sexe spirituel vous propose de vivre votre sensualité d’une toute nouvelle manière. Vous n’avez pas de partenaire ? Aucun souci ! Faites comme moi et pratiquez en solo. Voici comment vous éveiller au sexe conscient.

  1. Connectez-vous à votre spiritualité.

Reconnaissez que nous sommes tous des êtres spirituels vivant une expérience humaine, c’est-à-dire que nous avons été créés à partir d’un plan divin. Considérez que la sexualité fait partie de votre spiritualité. Le sexe, c’est bon, incroyable, naturel, sauvage et érotique.

  1. Décidez de voir votre partenaire comme un être divin.

Acceptez que si vous êtes une expression divine de l’univers, votre partenaire l’est aussi. Faites grandir votre compassion envers lui et lâchez prise sur tous vos jugements à son égard.

Accueillez l’acte sexuel comme la célébration de votre partenaire et la représentation sacrée du divin. En voyant votre partenaire de la plus belle des façons, vous l’apprécierez davantage dans sa propre expression du divin.

  1. Créez un environnement propice au sexe spirituel.

Pensez à vos cinq sens et à ceux de votre partenaire. Trouvez une couverture douce, allumez des chandelles, jouez une douce musique, etc. Certaines personnes aiment faire un cercle de pétales de rose au sol en prévision de l’étape 6.

  1. Préparez votre corps.

Enveloppez votre corps de crème hydratante parfumée. Portez un vêtement ou une lingerie qui vous fait sentir belle. Rapprochez-vous de qui vous êtes à l’intérieur, sans tabou.

  1. Commencez par un rituel aux huiles essentielles.

Lorsque vous êtes tous les deux prêts, assoyez-vous face à face. Si vous avez fait un cercle de pétales de roses, placez-vous au centre. En regardant dans les yeux de votre partenaire, inspirez et expirez, en même temps, six fois. À tour de rôle, chaque personne caresse le corps de l’autre avec de l’huile essentielle de bois de santal et de rose. Attardez-vous sur le front, le cœur et le sexe de votre partenaire.

  1. Écoutez votre intuition sexuelle.

Ouvrez-vous à explorer l’intimité sexuelle, quelle que soit la manière dont vous le sentez. Permettez à chaque relation sexuelle d’être unique et distincte en vous laissant guider par votre intuition. Rappelez-vous que d’être en pleine conscience pendant la relation signifie d’être dans le moment présent de façon totale. Évitez d’écouter vos pensées – dites à votre ego d’aller prendre une marche. Pratiquez-vous à vous regarder dans les yeux pour encourager la connexion. Vivez le sentiment de chaque instant. Plongez entièrement dans l’expérience.

Si vous ne savez pas par où commencer, envisagez d’incorporer des pratiques sexuelles tantriques. Le Tantra est une pratique sexuelle qui fusionne magnifiquement la sexualité et la spiritualité.

  1. Vivez un orgasme sacré.

Lorsque vous atteignez l’apogée, pratiquez-vous à attirer cette énergie vers votre cœur. Sentez la libération de l’orgasme (évolution) et attirez simultanément cette félicité dans votre cœur (involution). Pour les pratiquants plus expérimentés du sexe sacré, vous voudrez peut-être essayer d’avoir un orgasme énergétique. (L’orgasme énergétique est une pratique qui peut être explorée avec un partenaire ou en solo, et qui implique la séparation de la stimulation physique nécessaire à l’expérience de l’orgasme.)

  1. Pratiquez un moment luxueux après l’acte.

Après l’expérience, partagez vos pensées et vos sentiments sur ce que vous avez vécu. Dégustez du chocolat noir décadent. Riez des défis de cette nouvelle approche et profitez de cette grande intimité.

Que pensez-vous de la sexualité sacrée ? Seriez-vous prête à l’essayer ? Avez-vous déjà eu des relations sexuelles sacrées et spirituelles avec un partenaire ou en solo ? Comment l’expérience s’est-elle déroulée ?

Du sexe spirituel, c’est quoi ?

On m’a parlé récemment du sexe spirituel, également appelé la sexualité sacrée et consciente. J’ai adoré l’idée. Vous êtes curieuse comme moi ? Voici ce que c’est !

Le moment est venu de nous ouvrir au sexe spirituel, de faire évoluer le concept de « faire l’amour » ou de « baiser ». Il s’agit de changer notre perception par rapport à la sexualité, et de ne plus la voir simplement comme une expérience physique ou émotionnelle. Nous sommes invitées à la voir comme une expérience holistique qui récolte tous les avantages puissants de l’esprit, du corps et de l’âme – les trois en même temps. Le rapport sexuel devient une fusion sacrée entre deux personnes (pas nécessairement dans une relation engagée) dans le but d’apprécier le plaisir et de se connecter profondément à son aspect spirituel.

La sexualité sacrée peut être charnelle, sauvage, spontanée et carrément cochonne. Elle nécessite d’être en pleine conscience avec soi-même et son partenaire. Souvent, les personnes ferment les yeux, se concentrent uniquement sur le plaisir de leur partenaire, se jugent, se replient dans leur propre monde fantastique ou sont trop axés sur la finalité du grand O.

Peut-être que votre vie sexuelle est devenue routinière, ou débordante de passion. Quoi qu’il en soit, vivre une sexualité spirituelle a le potentiel de vous rapprocher de la partie la plus profonde de vous-même, où réside votre créativité, votre pouvoir et votre âme. Vous pouvez accéder à cette partie de vous qui n’a rien à voir avec votre personnalité, votre intellect et votre ego. En pratiquant le sexe spirituel, vous touchez à votre Être intérieur, et établissez une véritable connexion avec votre partenaire. Vous donnez à l’acte lui-même une dimension et un but.

Ainsi, le sexe spirituel consiste à être totalement présent et en harmonie avec la personne que vous êtes à ce moment précis d’intimité avec l’autre. Vous acceptez d’être dans le moment présent et de sortir de votre tête. Vous n’écoutez pas ce que votre ego a à dire. Vous vivez l’ici et maintenant. Vous êtes à l’écoute de votre érotisme et de vos émotions ; une conversation prend place, parlée et tacite, entre vous et votre partenaire. La relation sexuelle devient nourrissante, que vous fréquentiez la personne ou soyez en couple. Vous vous libérez ainsi du bagage négatif associé au sexe: le sentiment de vide, les luttes de pouvoir, les peurs, les confrontations, l’isolement et parfois la honte. Au lieu de cela, vous incarnez profondément un acte sensuel, spirituel et totalement en harmonie avec la vie. Qui dirait non à ça ?

Que pensez-vous de la sexualité sacrée ? Avez-vous déjà eu des relations sexuelles sacrées et spirituelles avec un partenaire ou en solo ? Comment l’expérience s’est-elle déroulée ?

La technique du Naked Man : un gars m’a fait le coup

L’automne dernier, j’ai fait la connaissance de l’une des trois techniques de séduction les plus connues de Barney (Neil Patrick Harris) de la série télévisée culte How I Met Your Mother : la technique du Naked Man.

La technique du Naked Man, vous connaissez ? En français, cette stratégie de drague se nomme « la technique de l’homme nu ». Je ne connaissais pas avant l’automne dernier. Comme la plupart des gens, j’ai regardé et adoré toutes les saisons de la série télévisée culte How I Met Your Mother (Comment je l’ai rencontrée) sur Netflix. Mais blanc de mémoire total par rapport à cette technique lorsqu’un mec a jugé bon de me faire le coup chez moi. Oui, vous avez bien lu. Une personne réelle, dans la vraie vie, m’a fait le coup.

Je sais.
Je poursuis.

Le personnage de Neil Patrick Harris explique la technique comme suit dans l’épisode 9 « Ciel, un homme nu ! » de la saison 4 :

Tu es à un premier rendez-vous. Tu bois quelques verres. Tu trouves une excuse pour monter chez la fille. Dès qu’elle quitte la pièce, tu te déshabilles et tu attends. Quand elle revient, elle rigole. Elle est charmée par ta confiance en toi et ton courage, elle décide de coucher avec toi. Boum ! Ça fonctionne deux fois sur trois. Il te suffit de choisir un lieu. Le Naked Man est à utiliser en dernier recours. Une technique extrême pour conclure lors du premier rendez-vous quand tu sais qu’il n’y en aura pas de deuxième.

Dans la sitcom américaine, c’est le pauvre Ted (Josh Radnor) qui subit la tactique de l’homme à poil de la date de Robin (Cobie Smulders). En entrant chez lui, il découvre un homme à poil sur son canapé. L’homme en question s’appelle Mitch. Pendant qu’elle lui téléphone dans la rue, il est dans son salon. Mitch juge qu’il n’est pas assez bien pour Robin et décide de tenter le tout pour le tout.

De retour à la vraie vie. Ma vraie vie.

J’écrivais à un charmant ami d’un ami en messages privés sur Instagram depuis 3-4 mois. Appelons-le Arthur. Même s’il porte le nom d’un prince et du roi qui a marqué l’histoire du 5e et 6e siècle, il n’a rien d’un héros dans cette histoire, je vous assure.

J’aimais bien échanger avec lui. Il était cultivé et savait bien écrire. Il préférait les livres à la télévision. Mais il refusait de me dire son âge. Il aimait dire que nous étions des amis. Ça m’agaçait, car je voulais aller à un rendez-vous avec lui. Il faisait des allusions à me voir, mais ne me proposait jamais rien de concret. Il voulait toujours que notre ami en commun soit présent. Je trouvais son comportement étrange comme s’il ne me disait pas tout. Mon ami me disait de me tenir loin de lui sans jamais vouloir m’expliquer pourquoi. Cette situation piquait ma curiosité au plus haut point. Je ne pouvais pas la laisser ainsi.

Un soir en août, je me suis lancée.

Mlle Belle Trentaine : T’as des projets ce week-end ?

Arthur : Allô ! Je ne sais pas encore, et toi ?

MBT : J’aimerais prendre du temps pour te voir.

Arthur : On pourrait peut-être aller prendre un café ou de quoi du genre. Toujours sympa d’avoir des amis du quartier !

MBT : Oui, mais ma proposition était plus comme une date.

Arthur : Je ne sais pas quoi te répondre. Ça ne fait pas si longtemps que je ne suis plus avec mon ex. Je ne suis pas à l’aise avec ça.

MBT : Je comprends, mais je suis étonnée. Je n’avais pas une impression purement amicale de ta part. Je ne suis pas prête à m’investir dans une relation. Cependant, je suis intéressée à apprendre à te connaître !

Arthur : C’est purement amical ! Je suis une personne super sociable et sympathique. Je suis désolé si ça porte à confusion. C’est vrai qu’à notre époque, on marche toujours sur des œufs.

Ses textos me disaient pourtant le contraire. Ce mec n’était pas net. Il était mystérieux, et noir. Je me suis dit qu’il valait mieux de m’en tenir là.

Une semaine plus tard, il m’a envoyé une photo avec notre ami en commun à partir d’un bar que j’aimais bien :

MBT : Ah bin faut m’inviter au lieu de lui !

Arthur : C’est toi la vieille. Tu paies la first date. Pas moi ! Tu es ma cougar.

MBT : Attends ! T’as oublié de dire que tu paies la first date avec moi ET notre ami.

Arthur : Haha ! Tu fais quoi ce soir ?

MBT : Nada ! J’ai terminé de travailler tard. J’aurais dû sortir au même bar, mais je pense qu’il laisse juste entrer les bambins comme toi.

Quelques jours plus tard, Arthur m’a envoyé une photo de son café. J’ai répondu :

MBT : Il est où le mien ?

Arthur : Tu es plus vieille que moi. C’est à toi de te forcer. Je ne cours pas après les femmes âgées.

MBT : hahaha ! Je n’ai pas dit mon dernier mot là-dessus.

Arthur : Je t’écoute alors.

MBT : J’ai deux questions :

  1. Qu’est-ce qui te fait dire que je suis plus vieille que toi ? Mon âge n’est pas une réponse.
  2. Tu le prends comment ton café ?

Arthur : Tu as l’air plus âgé que moi. Je ne bois que des cafés Cortado.

MBT : Haha j’ai l’air ? Tu me trouves ridée ? C’est enregistré dans ma mémoire de vieille pour le café.

Plus tard dans la journée, je lui ai écrit :

Je ne cours pas après des gosses qui refusent mes invitations. Ça peut se revirer contre moi. Tsé le détournement de mineur !

Arthur : Haha ! Ok je suis parti à rire. Tu as bien répondu.

Arthur avait commencé à me téléphoner de temps à autre pour discuter. C’était agréable, même s’il planait un mystère constant autour de sa personne.

MBT : Alors, j’imagine que tu n’es pas encore prêt à me rencontrer ?

Arthur : En amis, on peut !

MBT : Cool.

Arthur : On pourrait se trouver une activité ou inviter notre ami.

MBT : Bin prendre un café de jour, ce n’est pas romantique. Pas besoin de lui pour ça.

Arthur : Sounds good !

Et apparemment, ce jour est arrivé plus vite que je ne l’aurais cru. Une semaine plus tard, il m’a écrit à 11 h 30 du soir sur Instagram :

Arthur : Appele

MBT : Hen ?

Arthur : Appelle mo8

Ça avait l’air urgent ; il faisait des fautes d’orthographe. Je n’étais pas encore au lit. Je ne comprenais pas pourquoi il ne me téléphonait pas par lui-même. Au téléphone, il parlait très vite et avait l’air d’avoir consommé de l’alcool. Il était au volant de sa voiture. Il disait qu’il était à côté de chez moi et qu’il devait absolument me parler, que c’était urgent, que je devais lui donner mon adresse. Il niait qu’il était saoul, mais sa voix était différente. Je ne comprenais pas ce qui se passait. Il m’avait déjà parlé par le passé de certains problèmes avec son ex. Je me suis dit qu’il devait être arrivé quelque chose du genre.

Arthur a cogné à ma porte plusieurs fois. Je suis allée lui ouvrir un peu inquiète. Il tenait deux popsicles dans ses mains.

Arthur : Hey ! Je t’ai amené des popsicles ! Il fait tellement chaud. J’ai chaud là ! Pis j’ai soif. As-tu de l’eau ?

MBT : (morte de rire) Tu n’étais pas obligé d’aller acheter des popsicles ! Qu’est-ce qui se passe ? Es-tu correct ? Tu as l’air saoul. As-tu conduit de même ?

Arthur : Hein ? Bin non je ne suis pas saoul pentoute ! J’ai marché. J’ai laissé ma voiture au bar pis j’ai marché jusqu’à chez vous. Me voilà !

Il s’est lui-même laissé entrer chez moi, a regardé rapidement autour de lui et a foncé à la salle de bain. Il avait clairement pris de la coke. C’était évident. J’ai eu un doute que lui donner mon adresse n’était peut-être pas l’idée du siècle après tout. Quoi qu’il en soit, j’étais contente de le rencontrer pour la première fois. Des mois à s’écrire sans jamais se rencontrer. Il était temps.

Dix minutes plus tard, Arthur était toujours dans ma salle de bain. J’étais certaine qu’il fouillait dans mon cabinet ou qu’il était en train de prendre plus de cocaïne. J’ai tenté de lui parler à travers la porte.

MBT : Es-tu correct ?

Arthur : Oui, top shape !

Je me suis éloignée pour m’installer confortablement sur mon fauteuil au salon. Quelques minutes plus tard, il est sorti de la salle de bain en disant que mon appartement était très joli. Et puis, comme ça, sans m’avertir, comme si c’était normal, il s’est mis à poil en plein milieu de ma salle à manger.

Arthur : J’ai chaud. Tu n’as pas chaud toi ? J’ai tellement chaud là ! Ouf ! J’enlève mes vêtements. Il fait trop chaud !

MBT : Hum, qu’est-ce que tu fais là ? Es-tu en train de te déshabiller ? Bin voyons ! Il fait pas si chaud que ça ! Qu’est-ce que tu fais !!!

Deux réactions sont possibles devant la technique du Naked Man :

  1. Rire.
  2. Lui demander de quitter ou appeler la police.

Rien à faire ! Je ne me sentais pas du tout en danger. J’étais seulement morte de rire de son comportement et de la situation qui n’avait aucun sens. À vrai dire, je cherchais les caméras cachées.

Je me suis mise à rigoler et à être prise d’un fou rire. Il n’avait pas de bon sens. Aucun sens ! Il était gelé comme une balle. Je n’avais aucun doute. Il avait un beau corps (on va au moins lui donner ça), mais son comportement était hors de contrôle.

Il est venu s’allonger sur le fauteuil près de moi, dans la même pose que Rose dans le film Titanic lorsque Leonardo Dicaprio la dessine. Je l’ai immédiatement couvert de ma couverture pour cacher sa nudité et surtout, son membre en érection.

MBT : Couvre-toi ! Tu n’as pas de bon sens. Commencer par un verre, ça ne te tentait pas ? Une première date ? Un petit souper ? Un café ? Pas « allô ! voici mon pénis. »

Arthur : Pourquoi pas ! Je ne sais pas, je suis bien avec toi et je ne me suis pas posé la question. Excuse-moi ! Je n’ai pas réalisé que ça te mettrait mal à l’aise.

MBT : C’est la première fois que je te vois de ma vie ! (toujours prise d’un fou rire)

Arthur : Bin oui, c’est cool ! Enlève donc ton pantalon pis ton haut là. T’as pas chaud ?

MBT : Non, moi je suis bin correcte ! Je ne me déshabillerai pas ! Qu’est-ce qui t’arrive ? Qu’est-ce que tu as pris ? Tu n’es clairement pas dans ton état normal. Arrête de me mentir.

Arthur : Hein ? Bin non, de quoi tu parles. Je n’ai rien pris. Je suis complètement à jeun.

Impossible pour moi de croire à ce qu’il disait ! Ses pupilles étaient complètement dilatées. Il parlait sans arrêt.

Arthur : Arrête donc de rire de moi ! Pourquoi tu ris de moi ?

MBT : Je ne ris pas de toi, je ris de la situation !

Arthur : J’ai mal compris tes avances ! Je sais que tu as envie de moi depuis des mois. Ça fait des mois que tu m’agaces. Relaxe-toi donc !

Là, il commençait à aller trop loin. Je trouvais qu’il me manquait de respect. Je ne voulais pas qu’il quitte et conduise sa voiture dans cet état. Je lui ai dit de dormir sur le divan et que j’allais dormir dans ma chambre.

Le lendemain matin, il avait disparu. J’étais un peu inquiète alors je l’ai texté.

MBT : Bonjour ! Comment va la tête?

Arthur : Pourquoi? Très bien, et toi?

MBT : Bien. J’aurais pensé que ton lendemain de veille aurait été intense.

Arthur : Quel lendemain de veille?

Il jouait toujours à « je n’ai rien consommé hier ». La suite de l’histoire est épouvantable. Je pense que je vais vous l’épargner. En résumé, il m’a dit que j’étais trop vieille pour lui, même si nous avions le même âge. Il m’a dit qu’il voulait une fille de 27 ans ou moins pour rester à la maison, prendre soin des enfants et de lui le soir lorsqu’il reviendrait du travail. Il disait qu’à mon âge, je n’avais plus l’énergie pour m’occuper des enfants et de satisfaire un homme.

Vous avez bien lu.

En plus, il aurait dit à notre ami en commun qu’il avait baisé une fille toute la nuit. C’est en discutant avec cet ami qu’il m’a fait réaliser qu’il avait utilisé la technique du Naked Man.

Conclusion : les gars, ne faites jamais ça ! C’est la pire idée sur la planète Terre ! Non, sur la GALAXIE !

Je dois admettre que je suis étonnée par le taux moyen de résultats (2 succès sur 3 fois). L’audace serait payante au bout du compte.

Assumer sa nudité et être à l’aise dans son corps : oui !
Imposer à une femme de voir nu ce qu’elle n’a pas demandé : non !

Est-ce qu’un homme vous a déjà fait la technique du Naked man ? Que pensez-vous de cette stratégie de drague ? Selon vous, est-ce de la séduction ou une forme d’agression ?

Êtes-vous en dépression ou simplement triste ?

Pourquoi tant de personnes, moi la première, se trompent entre la dépression et la tristesse ? Découvrez la différence importante entre ressentir de la tristesse et être en dépression.

De nombreuses personnes aux prises avec la dépression peuvent penser qu’elles sont simplement tristes. Mais l’inverse est tout aussi vrai. De nombreuses personnes extrêmement tristes craignent d’être en dépression. Pourquoi sommes-nous incapables de faire la différence ?

La raison est simple. Nous associons la dépression à son principal symptôme : une tristesse omniprésente. Nous sommes nombreuses à avoir du mal à faire la différence entre ces deux états psychologiques courants.

Et c’est un énorme problème !

Lorsque j’ai reçu un diagnostic de dépression sévère au printemps 2019, j’avais peine à y croire. J’ignorais que j’étais en dépression. J’attribuais ce que je vivais aux effets de l’anxiété. À ce moment-là, j’ai réalisé à quel point j’étais mal éduquée sur ce qu’était vraiment la dépression. Je n’en avais aucune idée. Mais j’ai du même coup réalisé que je n’étais pas la seule à ne pas la comprendre ou à être capable de la reconnaître.

Cette confusion peut nous conduire à négliger une maladie de santé mentale grave qui nécessite un traitement ou bien, à réagir de manière excessive à un état émotionnel normal, la tristesse.

Faire la distinction est cruciale : si nous, ou un proche, sommes atteintes de dépression, cet état a de graves implications sur notre santé mentale à long terme, notre santé physique ainsi que notre longévité.

Quelle est la différence entre la dépression et la tristesse ?

La tristesse est une émotion humaine normale. La tristesse est une émotion humaine normale. Vous avez bien compris ? Vous êtes normale de ressentir de la tristesse. Nous en ressentons tous et nous en ressentirons de nouveau. La tristesse est généralement déclenchée par un événement, une expérience ou une situation difficile, blessante ou décevante. En d’autres termes, nous avons tendance à nous sentir tristes à propos de quelque chose. Lorsque quelque chose change, que notre douleur émotionnelle s’estompe, que nous nous ajustons ou que nous surmontons la perte ou la déception, notre tristesse disparaît.

La dépression est un état émotionnel anormal, une maladie mentale qui affecte notre façon de penser, nos émotions, nos perceptions et nos comportements de manière généralisée et chronique. Quand nous sommes en dépression, nous ressentons de la tristesse pour TOUT.

Ceci est très important à comprendre : la dépression ne nécessite pas nécessairement un événement ou une situation difficile, une perte ou un changement de situation comme déclencheur. En fait, cela se produit souvent en l’absence de tels déclencheurs. La vie d’une personne en dépression sur papier peut être tout à fait belle et pourtant, elle se sent très mal quand même.

La dépression colore tous les aspects de nos vies et rendent tout moins agréable, moins intéressant, moins important, moins aimable et moins valable… La dépression sape notre énergie, notre motivation et notre capacité à ressentir de la joie, du plaisir, de l’excitation, de l’anticipation, de la satisfaction, de la connexion et du sens.

Tous nos seuils de tolérance ont tendance à être inférieurs. Nous sommes plus impatientes, plus rapides à nous mettre en colère et à nous écrouler, puis il nous faut plus de temps pour rebondir.

L’une des conséquences les plus malheureuses de cette confusion : la société s’attend à ce que les personnes aux prises avec la dépression s’en sortent facilement et se font dire que « tout est dans la tête » et qu’elles n’ont qu’à « choisir d’être heureuses » ! De tels sentiments reflètent une profonde incompréhension de la dépression. Ces jugements ne font qu’empirer l’état de la personne qui souffre de dépression.

Les vrais symptômes de la dépression

Pour recevoir un diagnostic de dépression, les personnes doivent présenter au moins cinq des symptômes suivants, pendant une durée continue d’au moins deux semaines.

La gravité de ces symptômes doit également être prise en compte. Veuillez donc les utiliser uniquement à titre indicatif et consulter un professionnel de la santé mentale pour obtenir un diagnostic concluant.

  1. Une humeur déprimée ou irritable, la plupart du temps.
  2. Une perte ou une diminution du plaisir ou de l’intérêt pour la plupart des activités, y compris celles qui étaient intéressantes ou agréables pour vous avant.
  3. Des changements significatifs de votre poids ou de votre appétit.
  4. Des difficultés à vous endormir ou un sommeil excessif.
  5. Vous vous sentez au ralenti dans vos mouvements et vos paroles ou vous êtes agitée, la plupart des jours.
  6. Vous vous sentez fatiguée, paresseuse et avez peu d’énergie, la plupart du temps.
  7. Vous éprouvez des sentiments de culpabilité excessifs ou vous sentez que vous ne valez rien, que vous ne comptez pas, la plupart du temps.
  8. Vous rencontrez des problèmes de réflexion, de concentration, de créativité et de capacité à prendre des décisions, la plupart du temps.
  9. Vous pensez à la mort ou vous avez des pensées de suicide.

Si vous pensez que vous, ou un proche, pourriez être déprimée, il est important de demander conseil à un professionnel de la santé mentale qualifié ou un médecin pour poser un diagnostic. Cette personne vous aidera à trouver le meilleur traitement pour vous. La dépression est une maladie mentale extrêmement courante et il existe de nombreux traitements qui sont efficaces. Il n’y a aucune honte à être en dépression.

J’ai traversé la dépression et je n’y serais pas arrivée sans le soutien de mon médecin, ma famille et mes amis. C’est important de parler à quelqu’un en qui vous avez confiance, même si c’est difficile pour vous (je sais que c’est très difficile).

En parler à quelqu’un est une première étape vers la guérison. Je vous aime !

Premier rendez-vous : 4 conseils pour améliorer la conversation

Êtes-vous du genre à dire : « Je connais ça les premiers rendez-vous. Je n’ai pas besoin de conseil !». Vraiment ? Mais qui refuserait de bons conseils sur la façon d’améliorer cette première conversation qui change tout ? Pas moi.

Dans une ère post-COVID, où la pandémie interdit la proximité, les premiers rendez-vous ne sont plus ce qu’ils étaient. Pourquoi ne pas les considérer comme un défi ? Rafraîchissons-nous la mémoire sur les choses à faire pour entretenir une belle première conversation.

  1. Soyez relax.

C’est normal d’être nerveuse et inconfortable. Essayez de ne pas trop le montrer. Les premiers rendez-vous peuvent créer des malaises. Plus vous êtes calme, plus votre date sera calme.

N’oubliez pas que vous recevez l’énergie que vous donnez !

Si vous avez un peu de temps avant votre rendez-vous, essayez de faire des recherches sur certains sujets possibles que vous pourriez aborder pendant les moments de silence. Vous pouvez aussi profiter de ces moments pour en apprendre plus sur ses goûts et ses aversions. Il s’agit d’un bon moyen pour faire la conversation tout en apprenant à connaître l’autre.

2. Écoutez ce qu’il dit !

Comment vous sentez-vous lorsque qu’une personne prête vraiment attention à ce que vous dites ? Montrez une indication que vous êtes vraiment intéressée par ce que l’autre est en train de vous raconter. Vous aurez probablement des questions, ce qui mènera à plus de conversation. Bien sûr, si vous n’êtes pas intéressée par ce qu’il raconte, tentez subtilement d’orienter la discussion vers un autre sujet.

3. Soyez honnête.

Partagez un secret (un tout petit !), parlez de vos intérêts et essayez d’éviter le banal. N’essayez pas d’être quelqu’un d’autre que vous-même dans cet instant précis ! Tout le monde sait que personne n’est parfait. Il sentira sur le champ que vous jouez un rôle. Soyez simplement la personne merveilleuse que vous êtes !

4. Riez de bon cœur !

Amusez-vous ! Faites rire votre date ! Je ne vous demande pas de changer de carrière et de devenir humoriste. Si vous arrivez à faire rire l’autre, il y a de fortes chances que vous ayez une connexion, ce qui augmente la probabilité d’être invitée à un deuxième rendez-vous. S’il ne vous trouve pas drôle, il pourra rire de vos efforts pour le divertir et voudra en avoir plus !

Vous manquez d’idées? Consultez mon article sur les meilleures questions à poser lors du premier rendez-vous.

Comment se passe généralement vos premiers rendez-vous ? Avez-vous de la difficulté à faire la conversation ? Quel comportement adoptez-vous ? Quel état d’esprit avez-vous lorsque vous êtes avec l’autre personne ?

Quiz: Quel genre d’énergie dégagez-vous?

Nous dégageons tous une énergie différente. Nos vibrations diffèrent même pour différentes personnes. L’énergie que nous dégageons peut être si dépendante de quelque chose qui se passe dans notre vie qu’elle ne montre pas aux gens qui nous sommes vraiment ou ce que nous sommes. Ils voient notre énergie telle qu’elle est à ce moment-là.

Une énergie globale devrait toujours être constante, peu importe ce qui se passe dans notre vie.

Posez-vous ces questions :

Les gens trouvent-ils que vous êtes une personne positive et joyeuse à côtoyer ou êtes-vous plutôt négative et ont-ils tendance à rester à l’écart ?

J’ai créé un quiz pour vous aider à comprendre l’énergie que vous dégagez.

Répondez maintenant au quiz en cliquant sur l’image ci-dessous: