Ma première nuit avec M. Le Rockeur

J’étais en route vers l’appartement de M. Le Rockeur. La dernière fois que j’y avais été, c’était à son party et nous nous faisions interrompre par tout le monde. Cette fois-ci, pas de danger que ça se reproduise. C’était lui et moi, personne d’autre.

Je suis arrivée chez lui autour de 20h. Il a ouvert une bouteille de vin rouge pour me faire plaisir. Il avait allumé des chandelles partout dans son appartement. Nous avons discuté longtemps dans son salon. J’ai appris qu’il voulait une famille et un chalet dans le nord. Pas très rock, non? Mais l’idée me plaisait. Une fois le vin terminé, il a proposé de regarder un film dans son lit. Je sais, il n’était pas très subtil. Je me suis donc allongée dans son lit pendant qu’il est allé faire un tour à la salle de bain. J’observais les livres dans la bibliothèque. C’était propre chez lui et bien rangé. J’essayais de me mettre dans une position sexy en attendant son retour. Je ne suis pas la seule à faire ça, right?

Lorsqu’il est sorti de la salle de bain, il est venu s’allonger près de moi et a passé sa main dans mes cheveux. Il me regardait comme si j’étais la seule chose qu’il avait besoin dans tout son univers. Il m’a enfin embrassé en saisissant ma nuque pour rapprocher ma bouche de la sienne. Nos lèvres étaient en parfaite harmonie. Plus nous nous embrassions, plus nous étions incapables d’arrêter. L’instant d’après, nous étions nus; nos corps collés l’un sur l’autre. Ses émotions étaient intenses.

Lui : Regarde comme on fitte. Nos corps s’agencent parfaitement. […] Tu es magnifique. Tellement belle. […] Je suis incapable de me décoller de toi. Ce n’est pas mon genre. Normalement, je me fou de la fille. Avec toi, c’est différent. […] Je sens que je vais tomber amoureux de toi.

J’étais trop bien avec lui. Nous nous sommes embrassés pendant des heures et des heures, comme si nous étions des adolescents. Je n’avais jamais embrassé quelqu’un si longtemps comme ça. Et quand je dis longtemps, je parle de 5-6 heures. Notre étreinte était synonyme de passion et de sensualité.

Ce soir-là, nous n’avons pas couché ensemble. Il n’a même pas essayé. Je sentais qu’il voulait être avec moi, vivre le moment présent, sans précipiter les choses. Il avait un grand respect pour moi et comment je me sentais. Il était parfait. Nous avons dormi collé environ 2 h. Le lendemain matin, je devais partir tôt pour le travail. Il ne voulait pas me laisser partir. Il était incapable de ne pas m’avoir dans ses bras.

Lui : Je n’ai pas envie que tu partes. Je veux que tu restes dans mes bras.

Il m’a alors demandé quand il allait me revoir. Il m’a demandé si je pouvais revenir chez lui le soir même. Je lui ai dit que je devais dormir, que j’étais morte de fatigue. Il insistait pour que je revienne. J’ai déposé un baiser sur ces lèvres et je lui ai dis :

Moi : Passe une belle journée.

J’étais sur un nuage. En fait, j’étais sur tous les nuages du ciel. Je m’étais rarement sentie comme ça dans ma vie. C’était intense. Je savais que je tombais pour lui de plus en plus. Trois heures plus tard, je lui ai envoyé un message :

Moi : J’ai juste le goût de retourner me coller sur toi.

Lui : ….Wow…Quelle belle soirée. Fuckin awesome.

Moi : vraiment trop…

En après-midi, je commençais à regretter de lui avoir dit non pour la soirée à venir. J’avais vraiment envie d’être avec lui, encore et encore.

Moi : J’ai comme envie de te voir beaucoup avant que tu partes.

Lui : Oh! Ben disons qu’on a profité du moment pas mal au maximum. Pis t’es vraiment addictive. Pis je ne pouvais pas vraiment me tanner de t’embrasser everywhere. Ton corps est superbe. Ta bouche fait de la magie. Ta vibe est ultra-sensuelle.

Moi: Toi t’es addictive… et même si j’en ai profité au max, j’en veux encore plus…

Lui: Idem.

Moi : Je commence à regretter de t’avoir dit qu’on se voyait demain et pas ce soir, même si j’ai besoin de sommeil.

Lui : Ta journée va bien? Moi des fois je pense à toi cette nuit pis ça me turn on.

Moi : Ça ressemble à ça moi aussi + un sourire d’épaisse.

Lui : C’est jamais épais un sourire. C’est toujours cool pis beau.

Moi : A cloud nine kind of day. Mais c’est peut-être parce que je n’ai pas dormi.

Lui: Je préfère largement la version où c’est en lien avec notre nuit. Et non pas celle où c’est juste le manque de sommeil.

Moi : C’était pour ne pas te faire peur.

Lui : Je ne suis pas peureux. On dort bien collé sur toi.

Il n’aidait vraiment pas à faire cesser mon sourire d’épaisse!

Moi : Sur toi aussi. J’ai tellement bien dormi, même si c’était juste 2h.

Lui : Damn it. Heureusement, je pars dimanche.

C’était dans quelques jours à peine. Il restait 5 jours avant son départ au Nicaragua pour un mois.

Moi : Pas d’accord avec le heureusement!

Je me suis endormie vers 20h cette journée-là, morte de fatigue et d’amour…

M. Le Rockeur et moi : sans censure, sans game

Depuis ma rencontre avec M. Le Rockeur, je lui écrivais moins qu’avant. Je filtrais un peu mes mots. Il était plus qu’un ami et un confident; il était devenu le gars que je fréquentais.

La plupart du temps, M. Le Rockeur partait en moto le week-end. Je me demandais toujours si un jour il allait m’inviter à en faire avec lui. Et puis, un dimanche soir, il m’a demandé si j’aimerais en faire avec lui. J’avais le cœur qui battait à 100 mille à l’heure en lisant son message.

Lui : T’en ferais avec moi de la moto? T’aurais à me tenir très très fort pis avoir un super manteau de cuir hyper looké.

Moi : J’aimerais oui!

J’avais le sourire aux lèvres. Il me faisait rêver.

Le lendemain soir, j’ai eu envie de lui envoyer mon interprétation de la chanson Your Song d’Ellie Goulding. Je ne pouvais pas croire que je venais de lui envoyer ça. Je lui exposais toutes mes émotions, sans aucune censure.

À la suite de son écoute, il m’a écrit ceci:

Lui : J’ai reçu ta prestation de piano/voix pis tu m’as donné un petit frisson vraiment cool…

Je ne pouvais pas croire que je lui avais donné un frisson! Mission accomplie.

Lui : J’aimerais qu’on joue ensemble dans mon mancave. Parce que je te trouverais vraiment fuckin hot.

Vous vous souvenez, dans son appartement, il avait un studio!

Moi : Tu me donnes chaud quand tu me dis des trucs de même.

Lui : Ah oui? Pis je le pense vraiment en plus. Imagine.

Moi : Tu t’arranges pour que je ne te résiste pas du tout.

Lui : J’suis de même. Je m’arrange pas mal tout le temps pour avoir et dire ce que je veux. Assez to the point. T’as pas remarqué?

Moi : Un peu oui! Et c’est quoi que tu veux? Si t’es pour l’avoir, j’aime mieux le savoir.

Lui : Hum… ça s’explique mal vite de même. Pis c’est ben trop facile pour toi de juste me demander ça de même! Par contre, je peux te dire que right fuckin now, j’aimerais que tu sois next to me.

Nul besoin de vous spécifier à quel point j’avais encore plus chaud. Je souriais jusqu’aux oreilles.

Lui : T’es pas game de me dire ce que toi tu sais.

Moi : Que j’aimerais aussi.

Lui : Easy! Tu peux faire mieux.

Moi : Je peux, mais c’est peut-être trop intense pour toi.

Lui : Test drive. On va voir.

Moi : Tu me donnes des papillons. Et ça m’énerve.

Voilà. Je lui ai dit. En plus de m’être complètement dévoilée avec une chanson d’amour, je venais de lui dire qu’il me donnait des papillons. Je n’avais clairement rien compris à la technique de « cultiver le mystère ». Je fonçais et je me foutais des conséquences.

Lui : Ça t’énerve? Donc, c’est trop intense pour toi… ou?

Moi : Ça m’énerve parce que c’est scary, that’s all.

Lui : Scary.

C’était ça, sa réaction? J’étais un peu déçue. Peut-être que je m’attendais à ce qu’il ressente la même chose.

Moi : Bon. Je n’aurais pas dû dire ça.

Lui : Oh non. Interdiction formelle de se censurer. Pour aujourd’hui et forever. 100% toi. 100% moi. That’s it.

Je le trouvais tellement cute de dire ça. Même s’il ne m’avait pas dit qu’il ressentait aussi des papillons, je me sentais rassurée. Je savais que je pouvais dire tout ce que je voulais et que ce serait correct.

Lui : Let’s keep it plain simple. Je te trouve fuckin hot. Je te dis que t’es fuckin hot. Tu trouves que je te donne des papillons pis c’est scary. Tu me dis que je te donne des paps pis c’est scary. Faut pas trop penser à ce que l’autre pense. Never ever. C’est tellement cool de même.

Moi : Mais je n’ai pas envie que tu me trouves juste fuckin hot comme tu dis. Ce n’est pas trop mon genre de truc.

Lui: T’as pas envie que je veule juste baiser avec toi donc.

Moi : Pas trop non.

Lui : Si je voulais juste baiser avec toi, je n’aurais pas entretenu une correspondance avec toi pendant deux mois… Mais c’est bon que tu le dises.

Moi : Je sais, mais j’aime mieux te le dire.

Lui : C’est perfect de même! On se la joue all-in. On dit ce qu’on pense. Ce qu’on veut ou pas pis bingo. Parce que pour vrai tsé, je pense pas mal de fois à toi dans une journée.

Moi : C’est bien ça.

Je sautais partout! J’étais trop contente de savoir ça, car moi aussi, je pensais beaucoup à lui.

Lui : Alors quand est-ce que tu as du temps pour qu’on ne se voit pas pour baiser, mais pour se trouver fuckin hot pareil pis faire un truc ensemble cette semaine?

Il me faisait rigoler. Je lui ai répondu que j’étais libre pas mal toute la semaine. Il était impatient de me voir. Il a choisi de me voir le lendemain soir, chez lui…

Lui: Tu viens chez moi. On chill vraiment cool. Et si tu veux, je passe ma main dans tes cheveux pis je te dis que je suis full content que tu sois chez moi.

Il ne sait pas écrire : est-ce un turn off pour vous?

De nos jours, la plupart de nos communications avec de potentiels prétendants se font par écrit. Pensez à Instagram, Tinder, Facebook, les SMS… Si un mec vous envoie un message bourré de fautes, ça vous déplaît-il assez pour le barrer de votre liste de partenaire potentiel?

Je sais que ma meilleure amie est probablement en train de sourire en lisant ces lignes. Chaque fois qu’elle voit un profil Tinder avec des fautes d’accord ou d’orthographe, elle élimine illico le mec et la même chose se produit pour les textos ou les messages sur Facebook. Je lui dis toujours de ne pas trop accorder d’importance à ça, mais rien à faire.

Même si l’écriture occupe une place centrale dans ma vie, j’essaie de ne pas mettre ce critère en priorité lorsque je rencontre quelqu’un. Je ne peux pas exiger ça de la part de mon partenaire. Bien sûr, tout dépend du niveau de connaissances de la langue. Et je parle ici de la langue française, pas de la sienne. S’il est complètement illettré, il ne fera pas long feu avec moi. Par exemple : Tu est joli. Ont va boires un ver? Il faut dire qu’en pratique, M. Le Rockeur fait de l’écriture sa vie et j’adore sa façon d’écrire…

Selon une étude récente, parue dans le Wall Street Journal, la maîtrise de la grammaire et de l’orthographe serait l’un des principaux critères pour donner la chance à un (e) prétendant (e). Un homme avec deux fautes d’orthographe dans son profil a 14% moins de chances de recevoir une réponse positive. D’ailleurs, 96% des femmes inscrites sur des sites de rencontres ont classé la grammaire et l’orthographe dans leur top 3 des critères indispensables.

La vérité est qu’une mauvaise orthographe donne l’impression d’un manque d’effort. De nombreux experts disent que la grammaire parfaite montre l’intelligence et l’éducation.

Que fait-on lorsque l’on rencontre un mec dans un bar? On lui fait une dictée en direct et selon son nombre de fautes, on lui donne un faux numéro de téléphone?

Et vous, ça vous turn off un mec qui ne sait pas écrire? Ou au contraire, vous vous en foutez?

Rupture amoureuse : les femmes s’en remettent plus vite

Découvrez pourquoi les femmes se remettent plus rapidement d’une rupture amoureuse que les hommes.

Selon une récente étude de l’Université de Binghamton à New York, la gente féminine passe à autre chose très vite. Pourquoi? La raison est logique. Nous avons tendance à vivre la séparation à 100 mille à l’heure. On crie, on pleure, on en parle et on se bourre de crème glacée. Et puis, un matin, la peine devient moins lourde et c’est la grande forme.

Sans surprise, la plupart des hommes vivent leur peine à l’intérieur et en silence. On croirait même que rien n’est arrivé. L’étude démontre qu’ils ne se remettent jamais de leur séparation. Vous oubliez? Cela peut leur prendre des années. Ils choisiront donc une nouvelle femme en guise de distraction pour oublier la relation précédente.

Conclusion : nous sommes extraordinaires!

Que pensez-vous de cette étude? Est-ce vrai à votre avis?

Premier rendez-vous: Les meilleures questions à poser

Avant un rendez-vous, êtes-vous nerveuse, car vous avez peur de ne pas savoir quoi dire?

En avez-vous marre de discuter toujours des mêmes choses? Ces questions vous permettront d’en connaître davantage sur votre prétendant et du coup, d’être vraiment originale.

Quel est ton souvenir d’enfance préféré?

De qui es-tu le plus proche dans ta famille?

Comment étais-tu au à l’école secondaire?

Quel est le dernier livre que tu as lu?

Que rêves-tu d’essayer?

Que sauverais-tu si ton appartement était en feu?

N’oubliez pas que la question peut vous être posée aussi. Cela vous évitera de parler des anecdotes à votre travail ou de montrer la dernière photo de votre chat.

Quelle question ajouteriez-vous à cette liste? Qu’aimez-vous savoir lors de la première date?